Crematogaster scutellaris

Publié le par olivier

Les dames de pique

Je vous présente une espèce très joli et très agréable à élever selon les nombreux témoignages.



Tout d'abord et comme à chaque nouvelle espèce, une petite fiche d'élevage pour vous donner les éléments nécessaire a celui-ci !

Crematogaster scutellaris

Myrmicinae monogyne

Taille de la reine : 7-9mm ,

Taille des ouvrières : 3-5mm

Répartition géographique : Méditerranéenne (Europe)

Période d'essaimage : Septembre à Octobre

 

Conditions d'élevage
Humidité du nid conseillée : nulle ou presque (moins de 10% de la surface du nid)

Régime alimentaire conseillé
: Eau sucrée (au sucre, miel, sirop...), lait, petits insectes, fleurs pour le nectar, oeuf entier cuit.

 

Température d'élevage conseillée :25-28°C température moyenne utilisée 26-27°
* Incubation des oeufs : environ de 20 à 30 jours
* Développement larvaire : 10 à 20 jours
* Nymphose : environ 20 jours

Le développement de l’œuf jusqu'à l'imago : environ 50 à 70 jours selon la temp° utilisée

Fourmis de petite taille spécifique des régions méditerranéennes essentiellement lignicole (nichant dans le bois), et n'appréciant pas beaucoup l'humidité.
Formant des colonies très populeuses malgré son caractère généralement monogyne, il existe de rares observations d'olygogynie (forme de polygynie) dans les très grandes colonies.
Elle se développe assez rapidement si la température est élevée (25-30°C) malgré un temps de développement du couvain très long.
Essaimant généralement au début de l'automne et en masse, il est alors facile de se procurer des gynes de cette espèce.

Besoins de l'espèce pour l'élevage en captivité :

Fondation de la colonie :
Crematogaster scutellaris est dites à fondation indépendante, c'est donc la reine seule qui élève la première génération d'ouvrières. Il convient donc de la placer dans un tube à essais pourvue d'une réserve d'eau, réserve qui sera encore une fois séparée par un bouchon de coton de l'espace occupé par la reine, celle-ci détestant l'humidité excessive.
Essaimant à la fin de l'été et au début de l'automne, la reine attend souvent le printemps suivant pour commencer à pondre.
Il est très rare de voir une gyne pondre avant l'hiver, mais les cas existent. Il est alors préférable de la laisser élever sa première génération d'ouvrière avant de la placer en condition d'hivernage.
Une fois le mois de février arrivé, il faut alors placer la gyne dans des conditions de température plus favorable, le mieux étant de dépasser les 25°C en journée. Il faudra alors attendre environs 10 semaines avant de voir les premières ouvrières.

Que faire ensuite :

Une fois les premières ouvrières arrivées, il faut connecter le tube à essais à une aire de chasse pourvue d'un dispositif anti-évasions, et leur proposer de la nourriture. Friande de liquide protéiné sucré, on leur en proposera régulièrement, si possible dans l'entrée du tube (déposé sur un bous de plastique pour ne pas le salir). Un petit insecte de temps à autre, surtout lors de l'apparition des larves, sera le bienvenu.

Nourriture.
Élevant de gigantesques colonies de pucerons dans la nature, elles sont très friandes de liquides sucrés. Ainsi pour une jeune colonie, le miellat artificiel ou du lait sucré accompagné de petits insectes feront parfaitement l'affaire.
Pour une colonie plus populeuse, et afin de garantir un bon développement, l'apport en nourriture doit être conséquent. Ne pas hésiter à leur donner de beaux insectes bien gras, et de leur distribuer souvent de la nourriture liquide.

Le nid :
Crematogaster scutellaris est une espèce capable de creuser le nid en béton cellulaire, bien qu'elles en arrivent rarement à cette extrémité, il est donc préférable de préparer un nid blindé lorsque la colonie deviendra populeuse.
Dut à leur faible besoin en humidité, le nid devra être humidifié au minimum, si ce n'est pas du tout. Il faut tout de même leur proposer un abreuvoir dans l'aire de chasse.


Précisions concernant le comportement
En cas d'agression les ouvrières dressent leur gastre vers le haut et fond soudre une goutte de venin à l'extrémité de leur dard. Ce produit a principalement un rôle répulsif, mais peut aussi servir de poison par application.
Cependant leur dard n'est pas contendant, et ne peut donc pas percer la peau humaine.
Le pouvoir de recrutement de cette espèce est très fort, lors de la découverte d'une source de nourriture les ouvrières restées au nid sont rapidement attirées vers la zone de récolte. Il est intéressant d'observer ce phénomène en captivité.
Si de rares cas d'oligogynie (plusieurs reine présentent dans le même nid) sont observés dans la nature lorsque les nids sont très grands, il est difficile de retrouver ce comportement en captivité, car dans nos nid artificielle les reines risquent d'entrer en contacte, et un combat mortelle en suivra. Il vaut donc mieux se contenter d'une colonie strictement monogyne.
La reine de cette espèce pond par cycle, l'on observe alors une très forte physogastrie chez cette dernière en raison de la sur activité des ovaires. Il convient de bien nourrir la colonie dans ces moments la, et encore plus lorsque les oeufs arrivent à terme.

hivernage :

Même si cette espèce vit dans une région chaude de la France, elle a besoin d'une période de froid relatif pour respecter sont horloge interne. Cette horloge est très précise et dépend même de l'origine géographique de la reine. Il vaut donc mieux se renseigner précisément sur l'origine de cette dernière afin de se calquer sur le climat de la zone d'origine. Mais de façon générale, on peut dire que placer la colonie dans un local où la température oscillera entre 10 et 15°C de la mi novembre jusqu'à la mi février.

  
Mais deux gynes sont en tubes depuis 3 mois dont 2 passé en diapause!
Sortie de pause depuis 3 semaines, elles ont enfin décidée sûrement d'un commun accord a pondre...

 

 

 

Ces 2 mémères sont maintenues sous 26°/27°, une possède une larve et une nymphe.
Je les avaient laissées tranquille et c'est en voyant l'une d'elle faire des aller / retour vers le coton que je me suis rendus compte de la présence des oeufs (environ une petite 10ene)

a suivre ....

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article